Les jours avant demain 

 Il y a longtemps, alors que le monde était jeune, ce pouvait être au XIVe siècle tout comme en 1958… un grand nombre d’artistes, plasticiens, compositeurs, musiciens, poètes, architectes et d’autres gens encore qui voulaient faire de belles choses commencèrent à regarder différemment, disaient-ils, le monde qui les entourait.

Ce même esprit, mais saisi de notre contemporanéité, se profile partout autour de nous. Nous, qui pourrions dire «Hé ! ce sourire aux lèvres d’une passante, raccordée à son iPhone, est plus ravissant que celui de la Joconde» ou bien «Tiens ! ces éoliennes, qui ponctuent l’espace rural, quel fol hidalgo, sorti de l’esprit d’un romancier, viendrait aujourd’hui y rompre sa lance?», ou encore, «Ces images des twin towers effondrées sous un ciel de cendres ou de Bagdad en flammes, quel est le joueur de lyre qui, de la terrasse d’un Sheraton, en interprète le drame?». 

 Ce regard de l’art, si lié à la durée de son histoire et cependant toujours en mobilité, Kartier nord propose d’en montrer les mouvements multiformes contemporains.

 Quel endroit plus emblématique que le « Kaysersguet » peut on trouver dans la cité pour convier la recherche en art? Domaine immiscé dans l’histoire de la ville et d’un quartier, et non moins situé à proximité d’instances internationales qui construisent notre monde à venir.

 Quel plus juste lieu, pour montrer des œuvres dont le propos, tout en prenant acte des ruptures du siècle, est d’inventer sans cesse comment à partir de ces fractures renouer ce lien à l’histoire, poursuivre cette trajectoire à travers les temps que nous nommons communément culture?

 C’est ainsi que nous entrevoyons l’Europe, ce jeune vieux continent qui traversé par l’évolution des sensibilités élabore demain.

Jean-Claude Luttmann
Président de Kartier Nord